[Test] Heavy Rain

[Test] Heavy Rain

Suite à mon escapade sur les Champs, j’avais eu la joie de recevoir une copie du jeu. Mais j’ai du attendre le week-end pour pouvoir me plonger dans cette histoire et le jeu ne durant qu’une dizaine d’heures, j’ai réussi à le terminer une fois déjà (exploit vu mes temps de finissage de jeu actuel) !

Comme il a été souvent dit, Heavy Rain est un genre de film interactif, de livre dont vous êtes le héros. Bourré de QTE, il en rebutera certainement plus d’un mais il sera dommage de passer à côté seulement à cause de ce point. Après Fahrenheit que j’avais surtout apprécié en tant que spectatrice, j’avais hâte de voir le nouveau bébé de David Cage et d’y jouer cette fois-ci.

L’histoire commence doucement, le temps de mettre en place les différents personnages que l’on incarne à tour de rôle et sert en même de sorte de tutorial avec des actions dispensables qui permettent de prendre en mains les différentes interactions possibles. Bien entendu, on se retrouve d’une certaine façon plus spectateur que joueur mais il faudra quand même rester attentif lors des phases d’action et leur rythme de touches plus rapide. De plus, lorsque que notre personnage est stressé, apeuré le menu de ses choix apparait de manière trouble et la lecture se fait plus difficile histoire de ressentir aussi, d’une certaine manière, ces émotions.

Je ne vous dévoilerai rien de l’intrigue histoire de vous laissez la surprise, vous saurez juste que je me suis laissée emporter par l’histoire, parfois je me disais non je peux pas faire faire cela à mon personnage. J’ai trouvé le jeu très triste, déprimant sur une grande partie et d’un niveau supérieur côté narration par rapport à Fahrenheit. Par contre, comme pour son ainé, il y a une petite baisse de niveau vers la fin et un point notamment qui m’a pas mal déçue. Peut-être aurez-vous la même sensation lors du jeu …

Le point négatif du jeu est sa réalisation : après avoir bavé devant les premières vidéos, je m’attendais à quelque chose de vraiment joli surtout que le côté film interactif, permettait sans doute plus facilement de travailler les scènes. Les personnages font un peu trop playmobil par moment surtout quand on passe des phases de chargement où l’on voit le visage des personnages en gros plan au jeu en lui-même qui a un belle baisse de niveau. Les sentiments sont aussi difficilement retranscrits, pour le côté tristesse, regard dans le vide çà va à peu près mais les moment plus « joyeux » posent une barrière lièe à l’animation, le regard des personnages. Et encore, j’ai eu la chance de ne pas subir de bugs ou autres plantages qui ont l’air un peu trop fréquent (Sky en a déjà eu 2), un beau bug de collision lors de scène non interactive m’a fait bondir (avoir un bras qui traverse un meuble c’est pas cool du tout).

Mais malgré cela, je vais recommencer sans doute plusieurs fois le jeu car une de ces grandes forces est les différents choix que l’on a disposition. Pour avoir regardé un peu la partie de Sky, j’ai vu quelques éléments où nous n’avons pas réagi de la même manière et les différences que cela a apporté à sa partie. J’ai envie de voir les possibilités du jeu, l’influence de telle ou telle décision ! De ce point de vue, c’est une réussite pour moi.